Ne faites pas cavalier seul.

Adhérez Maintenant

Jouer de prudence : du rôle essentiel de la documentation

 

Robert Baird, président, Baird Artists Management (BAM!)

Q : Mon groupe avait un engagement aux États-Unis et nous nous croyions tous bien préparés. Nous savions que nos permis de travail étaient en ordre; personne parmi nous n’avait de dossier criminel; nous ne transportions pas de marchandises; nous sommes arrivés à la frontière bien à l’avance; nous avions tous nos passeports, et notre assurance automobile était à jour et en vigueur. Pourtant, nous avons eu de la difficulté à traverser la frontière. Apparemment, l’approbation de notre visa s’était perdue dans le système et les agents frontaliers n’en retrouvaient pas la moindre trace. Nous n’avions aucune documentation utile avec nous et avons dû attendre qu’un collègue nous apporte une copie de notre avis d’approbation  I-797. À l’avenir, nous emporterons toujours notre documentation. 

C’est toujours une bonne idée d’emporter votre documentation avec vous, particulièrement si vous devez traverser une frontière. Pour vous produire aux États-Unis, il vous faut un visa de travail approuvé. Bien que les services frontaliers américains − US Citizenship and Immigration Service − utilisent un système de gestion de l’information sur les demandes − Petition Information Management Service (PIMS) – pour informer un point d’entrée ou une instance d’inspection prévol de toute approbation de visa, il peut s’y glisser des erreurs et des omissions. En dernier ressort, c’est toujours l’agent frontalier qui décide si vous pouvez ou non entrer dans le pays. Il est donc impératif que vous ayez votre documentation en main.

Si vous faites une demande de visa auprès d’un consulat et que l’approbation de votre permis de travail ne figure pas dans le PIMS, il faudra un certain temps avant qu’elle s’y trouve. Présenter votre avis d’approbation I-797 permettra d’accélérer le processus. Vous pourriez aussi apporter la trousse complète de votre demande de permis de travail puisqu’elle contient un itinéraire complet, des copies de tous vos contrats et de vos passeports de même que des renseignements sur les bénéficiaires.

Bien que votre permis de travail temporaire soit sans doute le document le plus important à présenter, il y en a d’autres qui faciliteront votre passage à la frontière. Évidemment, votre passeport ou autre document d’identification équivalent est essentiel.

Si vous emportez des instruments ou du matériel avec vous, ayez en main la copie originale de votre preuve d’achat pour chaque article ou à tout le moins une liste d’inventaire détaillée comportant la description, le numéro de série et la date d’achat, etc., de chacun de vos articles Les agents frontaliers ont besoin de savoir où et quand vous avez acquis un article, sinon ils risquent de considérer que vous l’avez acheté pendant votre voyage. Ils pourraient alors décider d’appliquer les restrictions prévues en pareil cas et même de vous imposer des droits de douane et des taxes.

Si vous voyagez avec un instrument dont certains matériaux proviennent d’espèces figurant dans la Convention sur le commerce international des espèces menacées (CITES) telles que l’ivoire, les écailles de tortue de mer, le bois de palissandre du Brésil, le varan et les os de baleine, il vous faudra un permis CITES pour pouvoir l’emporter en traversant la frontière. Sans ce permis, vous risquez la confiscation de votre instrument.

Si vous voyagez en avion, ayez en main une copie de la politique de votre ligne aérienne en la matière : http://airlines.org/blog/instrument-rated-air-travel-for-musicians/. Prévoyez également une copie de la règle du gouvernement fédéral américain relative au transport des instruments de musique : https://www.transportation.gov/sites/dot.gov/files/docs/Musical%20instruments_FR_final%20rule.pdf.

Les autres documents importants comprennent une preuve de possession de votre véhicule, une preuve d’hébergement, le reçu pour un billet aller-retour si vous voyagez en avion, une preuve d’inscription ou une lettre d’invitation à un congrès, et la permission écrite d’un parent ou autre tuteur si vous voyagez avec un enfant de moins de 18 ans.

Les agents frontaliers doivent s’assurer que vous entrez au pays de façon temporaire, que vous rentrerez dans votre propre pays et que vous ne participerez à aucune activité illégale.

Jouez de prudence,  emportez votre documentation, votre passage à la frontière n’en sera que plus facile.